Cartiervivre 2009 – 2012

Planification | Cinq enjeux | Quatre projets | Plan Cartiervivre | Actions réalisées | Documents

Une démarche de planification en six étapes

Le plan d’action concerté triennal « Cartiervivre 2009-2012 » de la Table de quartier de Bordeaux-Cartierville (le CLIC), se veut une façon concrète d’agir sur le développement social à l’échelle locale et de contribuer ainsi à l’amélioration de la qualité de vie des citoyens du quartier.  Ce plan appartient aux membres de la Table de quartier; il est coordonné par l’équipe de travail du CLIC (animation des comités, suivis, soutien, etc.), mais mis en œuvre par ses membres.  « Cartiervivre 2009-2012 » est le résultat d’une démarche de planification en développement social dans B-C, qui a été coordonnée par le CLIC au cours de l’année 2008.  La réalisation de cette démarche, qui avait pour slogan « La qualité de vie dans mon quartier…  Ça me regarde ! », s’est faite en six étapes :[1]

  1. La mobilisation des acteurs du quartier et des citoyens autour de la démarche;
  2. La réalisation d’un bilan descriptif et qualitatif des enjeux traités et des actions concertées menées en développement social dans le quartier entre 2005 et 2008;
  3. La tenue d’une consultation publique auprès des citoyens, via un sondage, des focus groupes et une  assemblée publique;
  4. La conception d’un portrait statistique de B-C, basé sur les données du recensement de 2006;
  5. L’organisation d’un Forum, visant à déterminer les enjeux majeurs dans le quartier actuellement et à
    prioriser quelques stratégies d’action ou projets, afin d’y répondre;
  6. L’élaboration du plan « Cartiervivre 2009-2012 », à partir des stratégies ou projets priorisés.

[1] Documents à consulter pour connaître en profondeur le contenu et les résultats de ces différentes étapes : Cahier du participant du Forum des 27 et 28 novembre 2008; compte rendu du Forum; bilan final de la démarche de planification.

Cinq enjeux majeurs et quatre stratégies d’action ou projets

Le Forum de ce processus de planification, qui s’est tenu les 27 et 28 novembre 2008 et qui a réuni 54 personnes représentant les milieux communautaire, institutionnel et politique de B-C ainsi que des citoyens, a permis d’identifier ce que les participants croient être les cinq principaux enjeux de B-C en développement social présentement :

  1. L’inclusion des individus dans la communauté ;
  2. L’exercice de la citoyenneté ;
  3. Le soutien aux familles ;
  4. Le travail sur l’environnement (cadre) physique du quartier ;
  5. L’économie (locale).

 

Les participants ont également réaffirmé ce qu’ils considèrent comme le « cœur de métier » du CLIC, à savoir : « réunir, animer, informer et mobiliser les acteurs pour se concerter et travailler ensemble à répondre aux enjeux locaux de B-C ».[1] Par ailleurs, en début de Forum, ils ont signifié leurs attentes face à un tel exercice : « être précis et concret dans le choix de nos priorités et être solidaire dans notre démarche et dans le choix de nos actions communes ».[2] Ainsi, un des grands pièges de ce type d’exercice de planification (la fameuse « liste d’épicerie ») a-t-il pu être évité.  Pour tenter d’apporter des solutions réalistes dans les divers domaines ciblés, les participants ont donc choisi quatre stratégies d’action ou projets :[3]


[1] Compte rendu du « Forum de la planification stratégique en développement social de B-C », tenu les 27 et 28 novembre 2008 au restaurant Le Bordelais, p. 3.

[2] Ibid.

[3] L’enjeu de l’économie locale n’est pas directement touché par ces quatre stratégies.  Afin de trouver des solutions dans ce champ d’action précis, le CLIC a interpelléla Corporation de Développement Économique Communautaire (CDEC) d’Ahuntsic-Cartierville, dont la mission centrale touche le développement et le soutien à l’économie locale et qui coordonne, à cet effet, le PALÉE (Plan d’Action Locale pour l’Économie et l’Emploi).

 

Quatre stratégies d’action ou projets

  1. La construction d’une « Maison de quartier » ;
  2. La création de « Carrefours des voisins »;
  3. La mise sur pied de la « Démarche du tout inclus
  4. La création du projet  « Vert la propreté » (projet aboli par la suite, voir les détails ci-dessous).

 

L’élaboration du plan « Cartiervivre 2009-2012 »

Entre février et avril 2009, sept rencontres ont eu lieu (au total), afin de concevoir le plan d’action général de chacun des projets pour les trois prochaines années.  Ces rencontres ont réuni, sur une base volontaire et en fonction de leurs intérêts, 30 personnes différentes; ayant pris part au Forum pour la plupart.  Le présent document, « Cartiervivre 2009-2012 », est en fait la réunion de ces plans d’action.

Il est important de mentionner, par contre, que le projet « Vert la propreté » ne verra manifestement pas lejour. En effet, après trois rencontres de travail, les participants ont convenu que les problématiques reliées à l’environnement et à la propreté dans B-C, se retrouvaient surtout dans le secteur de RUI et que, par conséquent, le projet « Unis Verts Urbains » conduit par l’Éco-quartier Cartierville et soutenu dans le cadre de la RUI, apportait pour le moment une réponse satisfaisante à cet égard.  D’autre part, des vérifications faites par l’Éco-quartier l’Acadie au sujet des zones potentielles d’intervention en cette matière, en dehors du secteur de RUI, n’ont pas permis de conclure à la nécessité de démarrer un projet tel « Vert la propreté ».

Il a donc été convenu d’explorer plutôt le thème du transport, qui est également ressorti, tant lors de la consultation publique que lors du Forum, comme un autre aspect de l’environnement (cadre) physique du quartier qui pourrait être travaillé.  Ainsi, en mai 2009, une rencontre a eu lieu avec un comité de citoyens et des intervenants (11 participants au total) intéressés par la question du transport et ce, à deux niveaux : l’accès aux transports en commun sur le territoire et la circulation (particulièrement la sécurité piétonnière). L’objectif général ciblé a alors été d’effectuer des actions de représentation visant l’amélioration des diverses situations observées à ce sujet. Toutefois, comme cet enjeu du transport est présent à différents niveaux, nous avons convenu de travailler à l’atteinte de l’objectif via le Comité citoyen « Circulation » et le Comité « Je m’active dans Bordeaux-Cartierville! », piloté par la CDEC A-C.  Ainsi, les actions déployées quant aux questions de transport et de circulation le sont en dehors du cadre de « Cartiervivre 2009-2012 ».

Ce que contient « Cartiervivre 2009-2012 »

« Cartiervivre 2009-2012 » est un plan en évolution. Les plans de chacun des projets n’ont pas tous le même degré de « raffinement ».  Cependant, nous retrouvons en gros dans ce document :

  • L’enjeu ou les enjeu(x) touché(s) par chaque projet ou stratégie d’action;
  • L’objectif général de chaque projet ou stratégie d’action;
  • Les objectifs spécifiques;
  • La composition des comités de suivi;
  • Des moyens ou des actions à mener pour atteindre les objectifs;
  • Un échéancier sommaire.

Pour les trois projets qui sont développés dans le cadre de « Cartiervivre », des actions ont été entamées.  Pour connaître l’avancement des projets, il faut consulter le rapport annuel 2009-2010 du CLIC.

Bilan des actions réalisées jusqu’ à ce jour dans le cadre de « Cartiervivre 2009-2012 »

La mise en œuvre du plan d’action concerté en développement social « Cartiervivre 2009-2012 » s’est amorcée tel que prévu en 2009-2010.  Ce plan, il faut le rappeler, est issu de la démarche de planification en développement social pour B-C, que le CLIC a menée en 2008.  Cinq enjeux étaient alors apparus prioritaires pour les citoyens et les partenaires : l’inclusion des individus dans la communauté, l’exercice de la citoyenneté, le soutien aux familles, le travail sur l’environnement (cadre) physique du quartier et l’économie locale.  Les enjeux sont travaillés par le biais de quatre stratégies d’action (ou projets), sauf pour l’économie, qui est pris en charge par la CDEC.  Des comités veillent au développement et au suivi de chacun des projets.  Le CLIC coordonne et anime ces comités.  Dans cette section, on retrouve les résultats des travaux de chacun des comités.

La construction d’une Maison de quartier

L’objectif du projet : avoir dans B-C une Maison de quartier inclusive et multifonctionnelle, pouvant loger convenablement ainsi que dans un même lieu de nombreux organismes communautaires du quartier et pouvant servir de lieu de rassemblement et d’initiatives citoyennes.

  • Les enjeux touchés : l’inclusion des individus dans la communauté, l’exercice de la citoyenneté, le soutien aux familles et le travail sur le cadre physique du quartier.
  • Les membres du comité : la CDEC, le CLIC, Concertation Femmes, la CSDM (commissaire), le CSSS, le MIC et la Maison des Jeunes.

 

Les principales actions en 2009-2010 :

  • Formalisation de la composition du comité
  • Choix d’un autre nom pour le projet (centre communautaire est devenu Maison de quartier)
  • Visite de sites potentiels
  • Lettres d’intérêt pour des édifices
  • Questionnaire aux organismes du quartier sur leurs besoins en espaces Rencontre de groupe avec les organismes intéressés
  • Représentations auprès des élus
  • Élaboration d’un projet de pétition
  • Article dans le deuxième numéro du bulletin citoyen « Allô Voisin »
  • Rencontre avec la Direction de la culture, des sports, des loisirs et du développement social de l’arrondissement
  • Discussions avec la CSDM à propos du Centre l’Acadie (site potentiel)
  • Exploration de pistes de financement

 

Plusieurs défis doivent être relevés par le comité afin que ce projet rassembleur puisse voir le jour. Parmi ces défis : le peu d’espaces potentiels dans B-C où ériger une Maison de quartier et l’adhésion encore timide de certains décideurs à l’idée.  Par ailleurs, une opportunité autour du Centre l’Acadie pourrait peut-être émerger en 2010-2011.  À suivre.

Résultats quantitatifs :

  • 7 membres dans le comité
  • 5 rencontres régulières
  • 1 rencontre du comité avec l’arrondissement
  • 1 rencontre collective avec les organismes intéressés
  • 21 organismes ont répondu au questionnaire et 11 se sont montrés intéressés à avoir des espaces dans la future Maison de quartier
  • 1 tournée des sites potentiels
  • Essentiellement, 2 sites potentiels : le centre commercial quasi désaffecté sur le boul. Laurentien et le Centre l’Acadie.

 

La création de « Carrefours des voisins »
  • L’objectif du projet : pouvoir utiliser des espaces sur une base régulière, en dehors des heures de classe, dans les écoles publiques de B-C appartenant à la CSDM, afin de mettre sur pied des activités par et pour les parents et citoyens du quartier.
  • Les enjeux touchés : l’inclusion des individus dans la communauté, l’exercice de la citoyenneté et le soutien aux familles.
  • Les membres du comité : la CSDM, l’école Louisbourg, le CLIC, la Maison des Parents, l’Éco-quartier Cartierville et la Table jeunesse (projet MOÉ).

 

Les principales actions en 2009-2010 :

  • Formalisation de la composition du comité
  • Choix d’une école (l’école primaire Louisbourg dans le secteur de RUI) pour un premier « Carrefour des voisins » pilote
  • Entente avec l’école choisie et la CSDM pour l’utilisation gratuite d’un local en dehors des heures de classe
  • Sondage maison auprès des parents et des enseignants de l’école Louisbourg, ainsi qu’auprès des organismes du quartier, afin de connaître leurs besoins et intérêts en matière d’activités pour le « Carrefour »
  • Exploration de pistes de financement

 

Élaboration d’un projet concerté de « Carrefour des voisins », déposé dans le cadre du « Programme action diversité » (PAD) du MICC et du « Programme de soutien aux initiatives communautaires liées à la diversité ethnoculturelles » de la Ville de Montréal.

Le « Carrefour des voisins » de l’école Louisbourg aurait offert, dans un premier temps, des activités reliées à l’agriculture urbaine (l’école Louisbourg possède un jardin communautaire) et des activités de soutien pour les parents.  Malheureusement, le projet n’a pas été retenu par le MICC.  Il faut maintenant trouver de nouvelles sources de financement pour le mettre en branle.

Résultats quantitatifs :

  • 6 membres dans le comité
  • 2 rencontres régulières et 2 pour l’élaboration du projet
    (demandes de financement)
  • Lors du sondage, 12 organismes ont exprimé un intérêt à offrir éventuellement des activités au « Carrefour »
  • 6 partenaires se sont associés formellement au sein du projet déposé dans le cadre du PAD

 

La mise sur pied de la « Démarche du tout inclus »
  • L’objectif du projet : accueillir et faciliter l’inclusion des nouveaux venus dans B-C (tant des immigrants que des personnes résidant ailleurs au Québec) ainsi que des personnes vivant de l’isolement ou un « déficit » d’intégration sociale.  Et ce, en harmonisant nos pratiques de référence dans le quartier (accueil, dépistage, accompagnement, suivi, etc.)
  • Les enjeux touchés : l’inclusion des individus dans la communauté et le soutien aux familles.
  • Les membres du comité : le CACI, le CJE, Cartier Émilie, la CDEC, le CLIC, Concertation Femmes, le CSSS, le MICC, la Table jeunesse (projet MOÉ), l’Éco-quartier Cartierville et le PDQ 10.

 

Les principales actions en 2009-2010 :

  • Formalisation de la composition du comité
  • Recensement des outils de référence et d’accueil existants dans B-C
  • Recensement de ce qui se fait ailleurs au Québec en matière d’accueil
  • 11 membres dans le comité ;
  • 5 dans le sous-comité organisateur de l’événement
  • 5 rencontres régulières et 2 du sous-comité organisateur
  • Informations d’accueil compilées pour 10 organismes
  • Décisions quant aux orientations de la démarche :
    • Ne pas développer de nouveaux outils
    • Mieux outiller les intervenants pour la référence et faciliter la création de liens entre eux
    • Se doter de balises ou de « valeurs » communes en matière d’accueil dans B-C
    • Organiser annuellement une ou des activités d’accueil pour les nouveaux habitants du quartier
  • Remue-méninges lors d’une Table centrale du CLIC, visant à dénicher des idées d’activités qui permettraient aux intervenants du quartier de se rapprocher
  • Présentation, par tous les organismes impliqués dans le comité, de leurs « mécanismes » d’accueil, des besoins auxquels ils répondent ou non, etc.
  • Compilation de ces informations dans un tableau en se basant sur les idées émises par les membres du CLIC, organisation d’un événement de rapprochement pour les intervenants, « B-C fait connaissance », qui se tiendra en octobre 2010.  L’événement comprendra des kiosques, du « speed dating » professionnel, des jeux coopératifs, un repas, du réseautage…
  • Formation d’un sous-comité organisateur de l’événement
  • Établissement des priorités de l’an 2 du plan d’action de la « Démarche du tout inclus » :
    • Développer une vision et des « valeurs » communes en matière d’accueil dans B-C
    • Dresser et diffuser auprès de tous les intervenants une liste des outils de référence disponibles et une liste des personnes à contacter dans chaque organisation selon le besoin
    • Organiser une autre activité de rapprochement entre les intervenants
    • Organiser une activité d’accueil pour les citoyens

Au départ, la « Démarche du tout inclus » a suscité à la fois beaucoup d’intérêt et beaucoup de méfiance.  Tous veulent que l’accueil des nouveaux venus dans le quartier soit optimal, mais peu sont enclins à reconnaître leurs propres lacunes. Cependant, le comité a réussi à trouver une voie qui devrait rallier l’ensemble des partenaires.  Tout le monde reconnaît qu’une bonne référence passe souvent par des contacts privilégiés entre intervenants.  Par ailleurs, le fait que cette démarche ne nécessite pas un financement énorme pour l’instant, facilite grandement le démarrage.

Résultats quantitatifs :

  • 11 membres dans le comité ; 5 dans le sous-comité organisateur de l’événement
  • 5 rencontres régulières et 2 du sous-comité organisateur
  • Informations d’accueil compilées pour 10 organismes

 

Transport en commun et circulation dans Bordeaux-Cartierville
  • L’objectif du projet : mener des actions de représentation visant à améliorer la situation dans B-C, au niveau de la fréquence de certains circuits d’autobus et au niveau de l’aménagement urbain ayant un impact sur la circulation (dont la sécurité des piétons) et, par le fait même, sur l’économie locale.
  • Les enjeux touchés : l’exercice de la citoyenneté, le travail sur le cadre physique du quartier et l’économie locale.
  • Les membres du comité : des membres du Comité citoyen « Circulation » (quatre personnes), la CDEC, le CLIC,  CSSS, l’Éco-quartier Cartierville et Tandem A-C.

Ce comité, qui ne s’est réuni qu’une seule fois (en mai 2009), a été sabordé en 2009-2010, car les objectifs qu’ils poursuivaient étaient également travaillés au sein de deux autres instances : le Comité citoyen « Circulation » et le nouveau Comité « Je m’active dans B-C ».  Ainsi, afin de ne pas multiplier les lieux de concertation et disperser les énergies, les membres de ce comité ont été invités à joindre le Comité « Je m’active dans B-C ».  Le Comité citoyen « Circulation », quant à lui, a poursuivi intensivement ses actions de représentation (voir la section concernée de l’axe 2).

Documents téléchargeables

Haut de la page
© CLIC-BC. Tous droits réservés 2012. 1405 boul. Henri-Bourassa ouest, bureau 204 Montréal, Qc H3M 3B2